MAP Info : Bonjour Jean-Charles WOGNIN ; pouvez-vous s’il vous plaît, vous présenter en quelques mots aux lecteurs du MAP ?

J-C W :  Bonjour chers lecteurs du MAP. Je suis un maïeuticien. C'est le nom attribué aux hommes exerçant le métier de sage-femme. Franco-ivoirien, je suis engagé dans la promotion de la santé mère-enfant en Afrique. J'ai dans cette optique, créé avec des amis et collègues, le Réseau Ivoire Pro Santé, qui est une association humanitaire.

MAP Info : Quels sont les objectifs du Réseau Ivoire Pro Santé (RIPS)

J-C W :  L'objet principal du RIPS est la promotion de la santé mère-enfant en Afrique. L'amélioration des indicateurs de santé d'un pays ne se résume pas au relèvement des plateaux techniques. Elle doit nécessairement inclure l'amélioration des conditions d'apprentissage des étudiants en santé et le recyclage permanent des professionnels. Et c'est cela notre combat.

MAP Info : Comment se fait la mise en place d’un projet RIPS ?

J-C W :  Nous avons pour méthodologie de consulter les acteurs de terrain et de nous imprégner de leurs réalités. Sur cette base, nous accompagnons les projets initiés par ces derniers. Concrètement, nous recherchons des partenaires techniques et financiers, et pilotons le projet jusqu'à sa réalisation.

MAP Info : Est-ce qu’il y a de la place sur le terrain à côté des grandes organisations de l’humanitaire pour une approche locale de la santé comme vous la concevez ?

J-C W : Absolument ! Nous sommes pour l'instant implantés en Côte d'Ivoire et je puis vous assurer que le chantier y est vaste. Tout est dans l'approche et dans la constance. Pour le RIPS, bâtir une relation de confiance avec les acteurs locaux est indispensable.

 MAP Info : Comment obtenez-vous les ressources nécessaires à vos actions ?

J-C W :  Nous sommes financés principalement par les cotisations des membres, mais aussi par des dons collectés lors de cagnottes en ligne ou d'opérations de solidarité telles que le microDON.

 MAP Info : Qu’est ce qui rend au final nécessaires des initiatives comme la vôtre ?

J-C W : La santé peine à trouver sa place dans les budgets des états africains. L'OMS recommande d'allouer 15% du budget aux dépenses de santé, mais seuls 3 pays africains ont réussi ce pari.

 MAP Info : Quels sont vos objectifs dans les mois qui viennent ?

J-C W :  En Août 2018, nous serons en Côte d'ivoire pour l'exécution du projet FRIDA. Ce projet va consister à équiper la bibliothèque de l'INFAS d'Abidjan en livres, ordinateurs et matériel didactique multimédia. Nous nous rendrons également à Grand-Lahou où nous avions effectué un don l'année dernière pour une mission de suivi.

MAP Info : Comment les pouvoirs publics pourraient vous soutenir davantage ?

J-C W : En tant qu'association, nous sommes d'office engagés aux côtés des pouvoirs publics pour améliorer la santé des populations. Il est plus que nécessaire pour nous d'avoir un appui institutionnel, afin que notre engagement soit constructif. Il nous faut travailler à plus de communication, de coordination. D'un point de vue pratique, nous attendons que les procédures d’exonération des droits de douane et d'accès aux financements soient facilitées. 

 MAP Info : Pour les personnes qui aimeraient avoir plus d’informations sur RIPS, comment peuvent-elles vous contacter ?

J-C W :  Vous pouvez consulter notre actualité sur notre page facebook "Réseau Ivoire Pro Santé" et sur notre page web www.reseauivoireprosante.blogspot.fr Nous sommes également joignables par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou encore par téléphone au 00 33 6 19 09 00 53.

MAP Info : Quel message aimeriez-vous envoyer à l’Afrique et à la diaspora ?

 

J-C W : J'invite mes frères africains, à se lever et à agir pour le développement du continent.